Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 10 mai 2011

LN B7

9782756102832.jpg

Le 10 mai 1961.

 

 

Non Dora

Non non et non.

Tu ne reviens pas à Paris.

Ai-je tant prié pour ton retour. Des prières non exaucées à la fin on se lasse. Ce que tant je désirais. Maintenant je n'en veux plus.

Ma prière est neuve et nouvelle. Elle est faite à l'envers. Je la lis de droite à gauche. Et de bas en haut.

Dora Dora pour tout l'or du Monde. Tu ne reviens pas. Non. Je dis non. Tu ne reviens pas. Voir que je te trompe et que l'intimité de l'amour éclate sur nos visages resplendissants. À jamais rapprochés. Inséparables.

Même s'il faut un jour se haïr.

À cause de l'ardeur de cette minute première. C'est éternel. Le voyage est de longue durée et l'amour m'accompagne.

Non Dora. Tu retournes chez toi. On t'y soignera aussi bien qu'ici.

Le Consulat ne paie pas le rapatriement. Si tu changes de direction. Qu'à cela ne tienne. Je paierai le voyage.

Qui sait. Si tu venais. Le séjour se prolongerait. Jusqu'en juillet-août. Notre entourage se montrerait curieux. Il faudrait prendre d'autres directives. Subir. Se soumettre. Ne plus être maître des événements.

Tous les projets compromis. (Mes projets et ceux d'Érida.)

(...)

Adieu.

G.

15:20 Publié dans Livre, Shopping | Lien permanent | Commentaires (0)